Accueil Santé & Bien-être Wenger fout le bordel avec son opinion sur Mbappé : ils dénoncent...

Wenger fout le bordel avec son opinion sur Mbappé : ils dénoncent son racisme et exigent son renvoi immédiat de la FIFA

244
0

Arsene Wengerentraîneur historique de Arsenala occupé pendant un certain temps le poste de responsable de la stratégie du football au FIFA. Sa position, entre autres, sert à essayer de mettre à jour les règles et d’améliorer le jeu du point de vue du sport.

Il a été une personne clé, par exemple, dans le maintien de la cinq changements permanents ou une tentative est faite pour évoluer vers de nouvelles façons de comprendre le hors-jeu ou autre.


Egalement interrogé sur les meilleurs footballeurs du moment, le nom de Kylian Mbappé est ressorti… et là Wenger a affiché une opinion qui a été comprise comme raciste à bien des égards.

« Si Kylian était né au Cameroun, il ne serait pas devenu l’attaquant qu’il est aujourd’hui.. Il y a l’Europe et le reste du monde », a-t-il dit à cet égard. Ces propos ont été compris comme suprématistes et racistes contre d’autres continents que l’Ancien, au point qu’ils ont suscité des plaintes unanimes. Entre autres, de la part des très CONMEBOLqui a publié une déclaration sévère condamnant Wenger.

Déclaration complète de la CONMEBOL

« La CONMEBOL a envoyé une lettre à la FIFA établissant une position sur deux événements qui ont généré opinions diverses dans le monde du football ces derniers jours. Compte tenu de la pertinence des enjeux et dans l’esprit de contribuer à un débat constructif, quelques considérations contenues dans le document susmentionné sont présentées.

Lire aussi:  C'est le halo, la bénédiction qui a sauvé la vie de Guanyu Zhou et Roy Nissany à Silverstone

En premier lieu, La CONMEBOL rejette et condamne les expressions très malheureuses d’un haut responsable de la FIFA, très proche de la présidence de l’institution, Arsène Wenger : « Si (Kylian Mbappé) était né au Cameroun, il ne serait pas devenu l’attaquant qu’il est aujourd’hui. Il y a l’Europe et le reste du monde.

La CONMEBOL s’engage fermement à lutter contre les expressions et gestes racistes ou discriminatoires, qu’ils émanent de supporters dans les stades, d’athlètes et d’entraîneurs sur le terrain de jeu, ou de dirigeants à travers des déclarations publiques. Les mots de Wenger – en plus de révéler une méconnaissance inhabituelle de la précieuse contribution des joueurs africains au football mondial, tout particulièrement les européens – montrent un parti pris dégradant qui rend invisibles les efforts des footballeurs et des institutions sportives qui ne sont pas « en Europe ». Il arrive souvent que les préjugés les plus condamnables soient déguisés en réflexions « fondées » et « intelligentes ».

Comme les Africains Nous, les Sud-Américains, connaissons très bien et de première main ce type d’attitude qui repose sur la conviction que le monde commence et se termine en Europe. Le talent, l’esprit de sacrifice et le désir d’exceller des joueurs africains et sud-américains doivent être valorisés et respectés.

Lire aussi:  Salma Paralluelo signe au Barça et opte pour son avenir dans le football plutôt que dans l'athlétisme

Deuxièmement, dans la lettre susmentionnée, la CONMEBOL a estimé nécessaire d’attirer l’attention sur un aspect crucial de la récente approbation des cinq changements autorisés pour chaque équipe lors des matches officiels. Une mesure d’urgence, adoptée dans le circonstances inédites d’une pandémie, c’est maintenant devenu une norme définitive. Sans juger des arguments pour ou contre une telle résolution, la vérité est qu’elle a été adoptée sans un processus de consultation qui aurait clairement enrichi le débat.

Ni la CONMEBOL ni ses associations membres n’ont été sollicitées pour un avis ou une analyse sur cette question. Si des changements qui ont des effets globaux dans notre sport sont décidées unilatéralement peuvent générer des irritations et des appréhensions. C’est une pratique exclusive qui s’est répétée ces derniers temps et qui suscite de vives inquiétudes.

« Un football plus compétitif, de meilleure qualité, inclusif et juste le sport sera l’œuvre de tous, dans un cadre de coopération, de pluralité et de libre échange d’idées et d’expériences », précise la lettre.

Article précédentLe gouvernement Johnson poursuivra l’expulsion des immigrés vers le Rwanda malgré le blocus de Strasbourg
Article suivantENTREVUE | Hayden Christensen : « J’ai passé beaucoup de temps à être Anakin ; enfin explorer Dark Vador a été passionnant »