Accueil L'International Une Saoudienne condamnée à 45 ans de prison pour avoir publié des...

Une Saoudienne condamnée à 45 ans de prison pour avoir publié des messages sur les réseaux sociaux : Rapport

86
0

Les condamnations sur les réseaux sociaux ont relancé l’attention sur la répression de la dissidence par le prince Mohammed.

Riyadh :

Un tribunal saoudien a condamné mercredi une femme à 45 ans de prison pour avoir prétendument porté atteinte au pays par son activité sur les médias sociaux, la deuxième affaire de ce type ce mois-ci.

Nourah bint Saeed al-Qahtani, issue de l’une des plus grandes tribus d’Arabie saoudite et sans antécédents apparents d’activisme, a été condamnée à près d’un demi-siècle de prison après que le juge l’a accusée de « perturber la cohésion de la société » et de « déstabiliser le tissu social » via les médias sociaux, rapporte Fox News.

Le juge a également estimé qu’al-Qahtani avait « porté atteinte à l’ordre public par le biais du réseau d’information. »

On ne sait toujours pas ce qu’al-Qahtani a publié en ligne ni où s’est tenue son audience. Elle a été placée en détention le 4 juillet 2021, selon Fox News citant l’organisation de surveillance des droits de l’homme Democracy for the Arab World Now (DAWN), basée à Washington, qui est critique à l’égard du royaume.

Lire aussi:  Twitter critique les scientifiques qui ont "réparé" Ariel dans "La Petite Sirène".

« Cela semble être le début d’une nouvelle vague de sentences et de condamnations par les nouveaux juges qui ont été placés au tribunal pénal spécialisé », a déclaré Abdullah Alaoudh, directeur de recherche pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à DAWN, à propos de cette affaire.

Alaoudh affirme qu’al-Qahtani a été emprisonnée pour avoir « simplement tweeté ses opinions ».

Cette sentence fait suite à un tollé international provoqué par un incident similaire, lorsqu’une femme de 34 ans a été condamnée à la prison.

« Il est très difficile d’ignorer le fait que nous voyons ces condamnations alors que (le prince héritier Mohammed bin Salman) a reçu une légitimité accrue dans le domaine international », a déclaré Allison McManus, directrice de recherche du groupe.

Lire aussi:  Des Ukrainiens recherchent des proches dans un charnier après que les Russes aient été chassés.

Les condamnations sur les réseaux sociaux ont relancé l’attention sur la répression de la dissidence par le prince Mohammed, alors même que la nation islamique ultraconservatrice a accordé aux femmes de nouvelles libertés comme le droit de conduire, selon le Washington Post.

Le président Joe Biden s’est rendu dans le royaume riche en pétrole en juillet pour une réunion avec le prince Mohammed, au cours de laquelle il a dit l’avoir confronté au sujet des droits de l’homme. Joe Biden a pris ses fonctions en promettant de faire de l’Arabie saoudite un « paria » après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de blogdudemocrate.org et est publiée à partir d’un flux syndiqué).

Article précédentUne vidéo partagée par un fonctionnaire chinois montre comment les voies réversibles permettent de décongestionner le trafic à Pékin.
Article suivantAvril Lavigne a reçu une étoile sur le Hollywood Walk of Fame.