Accueil Santé & Bien-être Sebastian Vettel : « Un pilote de Formule 1 gay serait le bienvenu,...

Sebastian Vettel : « Un pilote de Formule 1 gay serait le bienvenu, et à juste titre »

246
0

Sebastian vettel a passé une saison à se concentrer davantage sur les aspects sociaux que sur le Formule 1.

Le quadruple champion du monde, comme Lewis Hamiltonest le protagoniste d’un activisme croissant qui va du point de vue environnemental, en passant par la paix en Ukraine (dans la cérémonie précédant le GP d’Azerbaïdjan portait un T-shirt à ce sujet) ou, profitant de la mois de la fierté gaiepour défendre les homosexuels.

Il l’a fait dans une interview à ‘Attitude’, le magazine gay le plus vendu au monde, dans laquelle il déclare un allié du mouvement LGBTQ+. Dans le reportage qui accompagne l’interview, ils soulignent que seuls trois pilotes dans l’histoire de la Formule 1 se sont ouvertement déclarés homosexuels ou bisexuels au moins : Mario ‘Nicha’ d’Araújo Cabralqui a disputé quatre GP entre 1959 et 1964, Lella Lombardil’une des cinq seules femmes à avoir couru en Formule 1, et Mike Beutlerqui a concouru dans les années 70.

Vettel, qui a surpris il y a quelques mois en disant que lui-même doutait de continuer en Formule 1 car c’est un sport tellement polluant (pas dans les courses elles-mêmes, mais en déplacement), est clair sur son opinion. « L’homophobie est un préjugé, et les préjugés sont mauvais. C’est vraiment aussi simple que cela », dit-il.

L’entretien avec le médium susmentionné a été réalisé il y a près d’un an, lors du GP de Hongrie, et ce n’est pas par hasard. Cette scène a été choisie en signe de protestation contre les lois homophobes approuvées par le gouvernement de Viktor Orbán, et Vettel est apparu portant une chemise arc-en-ciel avec un slogan, « Same Love » (le même amour), qui est le titre d’une chanson de Macklemore qui parle du droit à l’amour de toutes sortes de personnes.

Lire aussi:  accusé par un ancien partenaire d'abus en Australie


Sebastian Vettel lors d'une conférence de presse

« Ce n’est pas à nous [como pilotos de Fórmula 1] faire la loi, ce n’est pas notre rôle, mais je pense juste exprimer notre soutien à ceux qui en sont touchés », a-t-il expliqué. Cette image était très présente dans les médias, notamment en Hongrie, où le message est passé.

Vettel roule pour Aston Martindont le sponsor principal est la compagnie pétrolière nationale saoudienne, aramco. Malgré les lois contraires à l’égalité qui existent dans Arabie Saoudite, l’Allemand n’hésite pas à attirer l’attention sur ces questions. En ce sens, il est très clair qu’il serait très important d’avoir un pilote ouvertement gay dans le paddock.

« Peut-être que cela n’aurait pas été le cas dans le passé, mais maintenant je pense un pilote de Formule 1 gay serait le bienvenu, et à juste titre. J’ai l’impression qu’un chauffeur gay aiderait à accélérer l’élimination des préjugés et à pousser notre sport dans une meilleure direction. La Formule 1 est un sport très populaire dans le monde entier », explique-t-il et fait une curieuse comparaison.

« Un chauffeur gay contribuerait à accélérer l’élimination des préjugés et à pousser notre sport dans une meilleure direction »

« La Formule 1 concerne quelque chose que beaucoup de gens font tous les jours à un niveau de base ou, même s’ils ne conduisent pas, du moins ils se rencontrent régulièrement : conduire ou être conduit dans une voiture. Bien que conduire soit, en soi, la même , dynamique, je suis désolé de dire que certains membres de la communauté, si je peux l’appeler ainsi, sont très lents, presque statiques, quand il s’agit de progresser », dit-il. « Les voitures ont changé et continueront de changer, pour le mieux. En fait, les pilotes ont changé et continueront de changer, encore une fois pour le mieux. J’ai donc bon espoir et accueillerais donc un pilote de Formule 1 gay. Et, comme je le dis, je crois et j’espère que notre sport est prêt pour celui-là », a-t-il dit sur sa réflexion.

Quand j’ai parlé pour l’égalité et l’inclusion LGBTQ, j’ai peut-être haussé quelques sourcils. »

Bien qu’il n’ait pas subi de pression en tant que telle, Vettel admet que « certaines personnes en Formule 1 sont assez conservatrices », ce qui a provoqué des tensions. « Quand j’ai parlé pour l’égalité et l’inclusion LGBTQ, ça peut a soulevé quelques sourcils, mais je n’ai pas eu ce qu’on pourrait appeler un rejet. Peut-être dans mon dos, mais si je suis honnête, je m’en fous. »

Lire aussi:  Les rivaux de Madrid pour accueillir un Grand Prix de Formule 1 : y a-t-il de vraies options ?
Article précédentAprès le gâchis du maillot de l’Atlético, vient le stade : le Metropolitan ne sera plus Wanda
Article suivantLaLiga dénonce le PSG pour avoir enfreint le « fair-play » financier et va directement à Al-Khelaifi