Accueil L'International L’Iran saisit brièvement deux navires de drones de la marine américaine en...

L’Iran saisit brièvement deux navires de drones de la marine américaine en mer Rouge : Rapport

62
0

Les navires de l’US Navy ont été libérés vers 8 heures le lendemain.

Téhéran :

Une flottille navale iranienne a brièvement saisi deux navires de recherche sans pilote de l’armée américaine en mer Rouge avant de les relâcher, ont rapporté vendredi les médias d’État iraniens.

Le destroyer Jamaran de la marine iranienne a rencontré jeudi plusieurs navires de recherche sans pilote de l’armée américaine sur la route maritime internationale alors qu’il effectuait une mission antiterroriste en mer Rouge », a déclaré la télévision d’État.

Elle a ajouté que la flottille, « après avoir averti à deux reprises un destroyer américain, a saisi les deux vaisseaux-drones pour éviter d’éventuels accidents ».

« Après avoir assuré le passage des navires internationaux, la flottille a libéré les deux navires dans une zone sûre », a poursuivi le radiodiffuseur d’État, diffusant des images censées montrer les deux navires américains libérés par les forces iraniennes à bord d’un navire.

La marine américaine a déclaré que ses navires prenaient des photos de l’environnement et se trouvaient dans les environs du sud de la mer Rouge depuis plus de 200 jours.

« Vers 14 heures (heure locale) le 1er septembre, la 5e flotte américaine a détecté le navire iranien s’approchant des deux navires sans équipage et les sortant de l’eau », a déclaré l’US Navy dans un communiqué.

Deux destroyers opérant à proximité, l’USS Nitze et l’USS Delbert D. Black, « sont restés sur place pour communiquer avec le navire de guerre iranien afin de désamorcer la situation », ajoute le communiqué.

Lire aussi:  Un juge américain ordonne l'examen des documents saisis au domicile de M. Trump.

Les navires de l’US Navy ont été libérés vers 8 heures du matin le lendemain, selon le communiqué.

Dans un incident antérieur distinct, le Pentagone a déclaré mardi qu’un navire iranien avait saisi un drone militaire américain dans le Golfe mais l’avait relâché après qu’un patrouilleur et un hélicoptère de l’US Navy aient été déployés sur place.

La 5e flotte du commandement central américain a déclaré qu’un navire de soutien de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran, le Shahid Baziar, a été repéré remorquant le navire de surface sans pilote Saildrone Explorer de sept mètres (23 pieds) lundi dernier.

Les forces américaines ont alors envoyé le navire de patrouille côtière USS Thunderbolt et un hélicoptère MH-60S Sea Hawk.

Cela a permis au navire de l’IRGCN de déconnecter la ligne de remorquage du USV et de quitter la zone environ quatre heures plus tard » sans autre incident, a déclaré la 5e flotte.

Par ailleurs, jeudi, la marine iranienne a déclaré que la même flottille avait déjoué une attaque de pirates contre un navire marchand iranien dans la région.

« Un bateau suspect avec 12 personnes armées à bord s’est approché du navire marchand iranien dans le détroit de Bab al-Mandab » jeudi, a déclaré l’agence de presse étatique IRNA, citant un communiqué de la marine.

Lire aussi:  Un Américain inculpé pour une menace d'attentat à la bombe à bord d'un vol de Singapour

Le communiqué indique qu’une escadrille s’est heurtée à des « pirates en mer Rouge », ajoutant que le bateau envahisseur « a quitté la zone » après que la flottille d’escorte, « dirigée par le destroyer Jamaran… a ouvert le feu ».

Le 10 août, un haut commandant de la marine iranienne a déclaré que la même flottille avait déjoué une attaque nocturne contre un autre navire appartenant à la République islamique.

Le contre-amiral Mustafa Tajeddini a déclaré à l’époque que, suite à une demande d’aide d’un navire iranien en mer Rouge, la flottille a été dépêchée sur les lieux et a engagé le feu avec les bateaux attaquants.

« Après des échanges nourris, les bateaux attaquants ont pris la fuite », a-t-il ajouté.

Comme d’autres pays dépendant de la voie de navigation par la mer Rouge et le canal de Suez, l’Iran a renforcé sa présence navale dans le golfe d’Aden après une vague d’attaques de pirates basés en Somalie entre 2000 et 2011.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de blogdudemocrate.org et est publiée à partir d’un flux syndiqué).

Article précédentLes États-Unis doivent révoquer l’aide à l’armement de Taïwan ou s’exposer à des « contre-mesures », avertit la Chine
Article suivantUn feu de forêt se propage en Californie, des milliers de personnes sont invitées à évacuer : Rapport