Accueil L'International Les pertes économiques dues aux inondations au Pakistan s’élèvent à environ 18...

Les pertes économiques dues aux inondations au Pakistan s’élèvent à environ 18 milliards de dollars : Rapport

55
0

Inondations au : Les inondations catastrophiques ont détruit les cultures sur 8,25 millions d’acres au Pakistan.

Islamabad :

L’estimation des pertes économiques dues aux inondations sans précédent au Pakistan avoisine les 18 milliards de dollars, soit une augmentation par rapport aux 12,5 milliards de dollars estimés précédemment, selon les calculs du Centre et approuvés par les provinces.

La croissance agricole a subi un impact beaucoup plus grave à la suite des inondations. Les inondations catastrophiques ont détruit les cultures sur 8,25 millions d’acres par rapport à l’évaluation initiale de 4,2 millions d’acres, ce qui a encore augmenté les pertes économiques, a rapporté The News International.

Le coton, le riz et les cultures mineures ont été sévèrement endommagés et si l’assèchement n’est pas fait correctement, cela peut causer de sérieux problèmes pour les semis de blé. La récolte de coton s’est évaporée dans la plupart des régions du pays et les semis de blé sont désormais menacés.

Le ministère de la sécurité alimentaire nationale a été chargé de présenter un résumé pour augmenter le prix de soutien minimum du blé pour la prochaine récolte.

Les autorités ont tenu des réunions avec les donateurs internationaux et leur ont assuré que le Pakistan mettrait en place un système efficace de suivi et d’évaluation afin d’utiliser chaque centime pour atténuer les pertes dues aux inondations de manière transparente, rapporte The News International.

Suite à l’augmentation des pertes économiques et à la réduction de la croissance du PIB, le revenu par habitant devrait ralentir. Le gouvernement avait envisagé un taux de croissance du PIB de 5 % pour l’année fiscale en cours.

Lire aussi:  "La dévastation est immense" : Le Canada évalue les dommages causés par la tempête Fiona.

En outre, la pauvreté et le chômage augmenteront considérablement, passant de 21,9 % à plus de 36 %. Selon les estimations du gouvernement pakistanais, quelque 37 % de la population a été touchée par la pauvreté après les inondations dans 118 districts.

Un comité de haut niveau, composé de représentants du ministère des Finances, du ministère de la Planification, de la State Bank of Pakistan, de la FBR, de la PIDE et d’autres, a évalué que la pauvreté et le chômage ont augmenté de façon considérable, passant de 21,9 % à plus de 36 %.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a atterri vendredi au Pakistan pour une visite de deux jours afin de faire le point sur la situation liée aux inondations et d’exprimer sa solidarité avec la population du pays frappée par les pluies de mousson extrêmes.

Le chef de l’ONU rencontrera les dirigeants et les hauts fonctionnaires pakistanais pour échanger des points de vue sur la réponse nationale et mondiale à cette catastrophe causée par le changement climatique, selon un communiqué officiel.

Guterres se rendra dans les zones les plus touchées par la catastrophe climatique au Pakistan. Il interagira avec les familles déplacées et les premiers intervenants sur le terrain, et supervisera le travail de réponse humanitaire des Nations Unies en soutien aux efforts de sauvetage et de secours du gouvernement pour des millions de personnes affectées.

Pendant que le Pakistan lutte contre les inondations sans précédent, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a également mis en garde contre l’aggravation de la crise dans le pays ravagé par les pluies record.

« Nous suivons de près et avec une profonde inquiétude la crise humanitaire à laquelle est actuellement confrontée la population du Pakistan en raison des inondations dévastatrices de la mousson », a déclaré le Dr Ahmed Al-Mandhari, directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale, à propos des inondations au Pakistan.

Lire aussi:  Joe Biden appelle le Premier ministre irakien à un " dialogue national " pour résoudre la crise.

Dans un communiqué de presse publié le 5 septembre, le Dr Al-Mandhari a déclaré que l’ampleur actuelle des dégâts et des destructions causés par les inondations est sans précédent au Pakistan – un résultat du changement climatique mondial à long terme qui entraîne des conditions météorologiques plus sévères.

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le Pakistan est confronté à l’une des pires inondations de son histoire.

Le gouvernement estime que des millions de personnes à travers le pays sont touchées par les pluies, les inondations et les impacts tels que les glissements de terrain, détruisant les infrastructures, les maisons, les terres agricoles et le bétail. Les inondations calamiteuses ont fait jusqu’à présent au moins 1 325 victimes au Pakistan.

Le bilan humain et socio-économique devrait s’alourdir à mesure que le niveau des inondations continue d’augmenter, avec une pression immense sur les barrages du pays.

Le Département météorologique du Pakistan a déclaré qu’il s’agissait du mois d’août le plus pluvieux depuis le début des enregistrements en 1961. Les précipitations nationales ont été supérieures de 243 % à la moyenne. Dans la province du Baloutchistan, elles ont été de +590 pour cent et dans le Sindh de +726 pour cent, selon le rapport mensuel.

(A l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de blogdudemocrate.org et est publiée à partir d’un flux syndiqué).

Article précédentLa position nucléaire de la Corée du Nord est une « menace pour la paix » : France
Article suivantImran Khan, accusé de terrorisme, prévient qu’il sera plus « dangereux » s’il est emprisonné