Accueil Santé & Bien-être Le parcours de l’Espagne à la Coupe du monde au Qatar :...

Le parcours de l’Espagne à la Coupe du monde au Qatar : Keylor à ses débuts, l’Allemagne fait peur et se montre très prudente avec le Japon

230
0

L’Espagne sait déjà, enfin, ce qui est son chemin vers la coupe du monde qui commence au mois de novembre après Costa Rica sortie ce mardi dernière sélection pour décrocher le ticket pour le Qatar. L’équipe de Keylor Navas sera la rivale de l’équipe de Luis Enrique lors d’une première qui aura lieu le mercredi 23 novembre au stade Al Thumama de Doha à 17h00.

Débuts avec piège pour le Rouge. Gagner semble très important contre une équipe inférieure, mais les débuts en Coupe du monde sont toujours compliqués. Bien que le match aura lieu un mois avant l’arrivée de l’hiver, on s’attend à ce qu’il y ait une chaleur intense à Doha dans l’après-midi. L’ancien joueur madrilène et actuel gardien du PSG Keylor Navas est la grande star des Ticos, ce qu’il a encore démontré avec deux arrêts impressionnants lors de la victoire face à la Nouvelle-Zélande lors du barrage qui a donné le billet au Qatar (1-0).

Lire aussi:  L'avenir du sport féminin après l'interdiction historique des nageuses transgenres par la FINA : science, justice et limites


L’équipe du Costa Rica est passée du moins au plus vers la Coupe du monde. Ils ont rapidement pris du retard sur le Canada, les États-Unis et le Mexique, mais ont finalement battu le Panama pour se qualifier pour les séries éliminatoires, dont ils sont sortis vainqueurs grâce à un but de Joël Campbell, une vieille connaissance des supporters espagnols après être passé par le Betis et Villarreal. le vétéran Bryan Ruiz (36 ans) et le jeune Anthony Contreras sont les autres joueurs à surveiller pour l’équipe du Costa Rica, emmenée par Luis Fernando Suárez.

L’Allemagne sera le deuxième rival, à 21h00 au stade Al Bayt de Jor. Le grand rival, a priori, pour la tête du groupe E a montré tout son potentiel ce lundi avec une victoire contre l’Italie, un 5-2 qui aurait pu être pire (les Allemands sont allés 5-0) et qui montre que la Mannschaft est toujours un candidat à la victoire dans une Coupe du monde.

Lire aussi:  L'UEFA gracie Al-Khelaifi et sanctionne Leonardo avec un match pour le désordre dans les vestiaires du Bernabéu

Aux vertus bien connues, cette Allemagne de Film Hansi C’est un mélange de vétérans (Müller, Neuer) et de joueurs confirmés (Sané, Havertz, Gnabry, Gundogan, Kimmich, Rudiger ou Werner).

Espagne clôturera la première phase contre le Japon (1er décembre, 20h00). Les Samouraïs ont réalisé une belle phase de qualification – ils ont battu, entre autres équipes, l’Australie – et leur intensité sur le terrain sera leur plus grande garantie. Des joueurs verticaux comme le joueur du Real Madrid Take Kubo et le joueur espagnol Wu Lei, et avec une expérience européenne comme Maya Yoshida (Sampdoria), Takumi Minamino (Liverpool) ou Takehiro Tomiyasu (Arsenal). L’Espagne, oui, est bien supérieure et devrait le démontrer au stade international de Jalifa, à Doha

Article précédentVinícius et Asensio, deux histoires très différentes : la nouvelle idole et le joueur  » consomptible « 
Article suivant‘Irma Vep’ contre ‘Obi-Wan Kenobi’ : lequel des deux a le plus de ‘fan service’ ?