Accueil L'International Le gouvernement Johnson poursuivra l’expulsion des immigrés vers le Rwanda malgré le...

Le gouvernement Johnson poursuivra l’expulsion des immigrés vers le Rwanda malgré le blocus de Strasbourg

247
0




Le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a déclaré mercredi que le Royaume-Uni était attaché à sa politique de envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda et ne se laissera pas décourager par des contestations judiciaires de dernière minute, après que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu une afin d’empêcher l’expulsion d’un des migrants.

« Nous croyons que nous respectons pleinement nos obligations nationales et internationales et les préparatifs de nos prochains vols ont déjà commencé », a souligné le ministre devant le Parlement britannique.

L’accord avec le Rwanda permet aux autorités britanniques envoyer des demandeurs d’asile dans le pays africain qui traversent la Manche. Cette initiative est dotée de 120 millions de livres (environ 144 millions d’euros) et se concentrera sur hommes sans personnes à charge arrivant au Royaume-Uni par camion ou bateau.

Londres envisage des réformes juridiques

Le porte-parole du Premier ministre britannique, Boris Johnson, a assuré ce mercredi que le Royaume-Uni envisage toutes les options, y compris les réformes juridiquesaprès l’ordonnance de la CEDH qui a suspendu le premier vol d’expulsion des demandeurs d’asile vers le Rwanda.

Lorsqu’on lui a demandé si Londres réévaluerait sa participation à la Cour, le porte-parole a déclaré que « nous ferons tout ce qui est nécessaire pour proposer cette nouvelle approche, y compris en étant prêts à explorer les réformes juridiques supplémentaires qui pourraient être nécessaires ». « Nous gardons toutes les options sur la table, y compris toute réforme juridique supplémentaire », a-t-il ajouté.

Le premier vol avec des demandeurs d’asile vers le Rwanda, prévu mardi soir, n’a finalement pas décollé en raison d’un ordre de la CEDH pour empêcher l’expulsion des migrants. Concrètement, la justice européenne a rendu une ordonnance pour stopper l’expulsion d’un demandeur d’asile de nationalité irakienne, qui a quitté son pays en avril et fait escale en Turquie avant de rejoindre l’Europe par la Manche. Se déclarant en danger, il a demandé le 17 mai l’asile à son arrivée au Royaume-Uni.

« La Cour européenne a indiqué au gouvernement britannique que le requérant ne doit pas être expulsé vers le Rwanda avant trois semaines après le prononcé de la décision interne définitive dans son procès en cours », a indiqué l’ordonnance, qui a finalement affecté les autres requérants.

Lire aussi:  Ils poursuivent Elon Musk et ses sociétés Tesla et SpaceX pour un système pyramidal présumé avec la crypto-monnaie Dogecoin

Amnesty International appelle le Royaume-Uni à « abandonner sa politique cruelle »

Les organisations de défense des droits de l’homme soutiennent que les autorités britanniques ne respectent pas leurs obligations en matière de protection en commettant des expulsions qui, selon leur défense, impliquent une externalisation des responsabilités vers un pays tiers qui n’est pas d’origine des personnes directement concernées.

En ce sens, l’organisation Amnesty International a exigé que le gouvernement britannique « renoncez à la politique cruelle » expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda. « L’annulation du vol d’hier soir aurait dû être le moment pour le gouvernement d’abandonner cette politique cruelle, mais il semble honteux que le contraire soit le cas », a déclaré Sacha, directeur exécutif d’Amnesty International UK Deshmukh.

« Il ne faut pas oublier que les personnes qui devaient être expulsées vers le Rwanda n’ont fait que exercer votre droit de demander l’asile au Royaume-UniDeshmukh a souligné, qualifiant la politique de « désastreuse » et d' »abandon clair et honteux des responsabilités de la Grande-Bretagne en vertu de la Convention sur les réfugiés ».

Article précédentVous pouvez donc appeler avec un numéro masqué sur Android et iOS
Article suivantWenger fout le bordel avec son opinion sur Mbappé : ils dénoncent son racisme et exigent son renvoi immédiat de la FIFA