Accueil L'International « La peur au ventre : Le premier cas de poliomyélite aux États-Unis...

« La peur au ventre : Le premier cas de poliomyélite aux États-Unis depuis dix ans suscite la peur.

57
0

Les autorités sanitaires demandent instamment à toute personne non vaccinée de se faire vacciner.

:

Lorsque Brittany Strickland a appris que les avaient enregistré leur premier cas de polio depuis près de dix ans, elle a eu « une peur bleue », car la jeune femme de 33 ans n’était pas vaccinée contre cette maladie invalidante.

« Ma mère était une anti-vaxxer, alors j’ai découvert que je n’avais jamais été vaccinée contre la polio dans mon enfance », a expliqué à l’AFP la styliste, après avoir finalement été vaccinée cette semaine.

Strickland a été inoculé à Pomona, dans le comté de Rockland à New York, où le premier cas américain de polio depuis 2013 a été identifié en juillet.

Depuis, la maladie a été détectée dans des échantillons d’eaux usées de la région, ainsi que dans un comté voisin et dans les eaux usées de la ville de New York, ce qui suggère que le virus se propage.

Ces développements font craindre aux experts que la polio, autrefois l’une des maladies les plus redoutées en Amérique, mais aujourd’hui endémique dans quelques pays en développement, ne fasse à nouveau des ravages aux États-Unis.

« J’avais considéré que ce virus était en voie d’extinction », a déclaré à l’AFP John Dennehy, virologue à la City University de New York.

Les responsables de la santé exhortent toute personne non vaccinée à se faire vacciner, le comté de Rockland offrant des vaccins gratuits.

La région, située à 48 kilomètres au nord de Manhattan, a un taux de vaccination contre la polio bien inférieur à la moyenne nationale.

Selon le département de la santé de New York, seuls 60 % des enfants de deux ans ont été vaccinés, contre 79 % à l’échelle de l’État.

Lire aussi:  La réplique des talibans au Pakistan : Le chef de Jaish, Masood Azhar, est avec vous, pas avec nous.

Au niveau national, le chiffre est de 92 %, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies qui recommandent de recevoir la première des quatre doses à l’âge de deux mois.

La polio est une maladie virale invalidante et potentiellement mortelle qui touche principalement les enfants de moins de cinq ans, mais qui peut être dévastatrice pour les adultes non vaccinés.

Des épidémies périodiques ont tué des milliers d’enfants et en ont laissé des milliers d’autres dans des fauteuils roulants et des appareils orthopédiques avant qu’un vaccin ne soit mis au point à la fin des années 1950.

Un effort mondial massif au cours des dernières décennies a presque permis d’éradiquer la maladie, le poliovirus sauvage n’existant plus qu’en Afghanistan et au .

Les derniers cas naturels de polio aux États-Unis ont été signalés en 1979.

« C’est horrifiant », a déclaré Strickland. « Vous ne pensez pas que ça va arriver ici, et puis un tas de gens ne se font pas vacciner et maintenant nous sommes dans cette situation ».

La polio est extrêmement contagieuse et peut se transmettre d’une personne à l’autre par les selles, les éternuements, la toux et l’eau contaminée avant même que les personnes infectées ne présentent des symptômes.

– Le bon côté des choses –

L’analyse du cas de Rockland a conduit les autorités à penser que la source initiale de l’infection était une personne qui avait reçu le vaccin oral contre la polio, qui a été abandonné aux États-Unis en 2000.

Le VPO se réplique dans l’intestin et peut être transmis à d’autres personnes par de l’eau contaminée par des matières fécales. Bien que plus faible que le poliovirus sauvage, cette variante peut provoquer une maladie grave et une paralysie chez les personnes non vaccinées.

Lire aussi:  Des centaines de personnes luttant contre la "super-bactérie" au Royaume-Uni vont recevoir des transplantations fécales : Rapport

Le cas identifié en juillet concernait un jeune homme qui n’avait pas été vacciné et la maladie lui causait une paralysie, ont indiqué les autorités.

Ils ont précisé qu’il n’avait pas voyagé à l’étranger, ce qui laisse penser que la maladie s’est transmise localement.

Selon les médias locaux, l’homme infecté était un membre de la communauté juive orthodoxe, où l’hésitation à se faire vacciner a tendance à être élevée.

Rockland abrite une importante population de juifs orthodoxes. La semaine dernière, plus d’une douzaine de rabbins ont publié une lettre ouverte exhortant leurs membres à se faire vacciner.

Shoshana Bernstein, une communicatrice indépendante dans le domaine de la santé et juive orthodoxe qui sensibilise ses membres à l’importance de se faire vacciner, affirme que « toute communauté plus insulaire » est susceptible de recevoir des messages anti-vax.

« Le bon côté de la polio, c’est que nous avons des aînés dans la communauté qui peuvent parler de leur expérience directe. Dans une communauté qui accorde une grande importance au système familial et à ses aînés, cela a un impact », a-t-elle déclaré à l’AFP.

S’il est trop tôt pour dire si le cas isolé fait partie d’une épidémie limitée ou plus étendue, Mme Dennehy craint qu’il ne s’agisse que de « la partie émergée de l’iceberg ».

« Seule une partie des personnes infectées présentera des symptômes, et seule une fraction de ces personnes contractera la polio paralytique », a-t-il déclaré.

« Mais si suffisamment de personnes sont infectées, on finit par voir de plus en plus de polio paralytique ».

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de blogdudemocrate.org et est publiée à partir d’un flux syndiqué).

Article précédentUn feu de forêt se propage en Californie, des milliers de personnes sont invitées à évacuer : Rapport
Article suivantPourquoi le rapport de l’ONU sur la Chine ne parle pas de « génocide » au Xinjiang ?