Accueil L'International Des femmes iraniennes se coupent les cheveux et brûlent le hijab pour...

Des femmes iraniennes se coupent les cheveux et brûlent le hijab pour protester contre la mort d’un jeune homme de 22 ans en détention.

63
0

Des femmes iraniennes se sont coupées les cheveux et ont mis le feu à leur hijab dans un geste symbolique de protestation.

Des manifestations ont éclaté en Iran après la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans, au cours desquelles des Iraniennes retirent publiquement leurs hijabs et les brûlent. Mme Amini a été arrêtée par la « police de la moralité » iranienne pour avoir « incorrectement » porté le hijab parce qu’elle n’avait pas complètement couvert ses cheveux. Selon une dépêche de l’agence Reuters, elle est décédée vendredi après être tombée dans le coma à la suite de son arrestation à Téhéran en début de semaine, ce qui a mis en lumière les droits des femmes en Iran. La police a rejeté les soupçons des médias sociaux selon lesquels elle aurait été battue, affirmant qu’elle était tombée malade alors qu’elle attendait avec d’autres femmes détenues.

Mais sur les médias sociaux, un certain nombre de vidéos des manifestations montrant des manifestants criant des slogans anti-gouvernementaux sont devenues virales. Dans certaines vidéos, on voit les forces iraniennes utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Dans un acte symbolique d’opposition à la sévère règle iranienne exigeant que les femmes de plus de sept ans portent un foulard religieux, certaines manifestantes se sont coupées les cheveux et ont brûlé leur hijab.

Lire aussi:  Un juge américain ordonne l'examen des documents saisis au domicile de M. Trump.

Le journaliste et activiste iranien Masih Alinejad a tweeté une vidéo et a déclaré : « Les femmes iraniennes montrent leur colère en coupant leurs cheveux et en brûlant leur hijab pour protester contre le meurtre de #Mahsa_Amini par la police du hijab. Dès l’âge de 7 ans, si nous ne couvrons pas nos cheveux, nous ne pourrons pas aller à l’école ou trouver un emploi. Nous en avons assez de ce régime d’apartheid sexiste. »

Masih Alinejad a déclaré dans un autre tweet :  » Voici le véritable Iran, les forces de sécurité de Saqqez en Iran ont ouvert le feu sur des manifestants pacifiques après l’enterrement de #Mahsa_Amini. Plusieurs manifestants ont été blessés. D’abord la police du hijab a tué une jeune fille de 22 ans et maintenant elle utilise des armes à feu et des gaz lacrymogènes contre des personnes en deuil. »

Les utilisateurs des médias sociaux ont partagé des vidéos de femmes ayant retiré leur hijab et subissant ce qui semble être une punition sévère de la part des unités de la police des mœurs.

En vertu de la charia ou loi islamique iranienne, les femmes sont tenues de se couvrir les cheveux et de porter des vêtements longs et amples. Les contrevenants s’exposent à des réprimandes publiques, des amendes ou des arrestations. Mais ces derniers mois, des militants ont exhorté les femmes à retirer leur voile, malgré la répression des « comportements immoraux » par les dirigeants de la ligne dure.

Lire aussi:  Un an après la chute de Kaboul aux mains des talibans, les étudiants afghans continuent d'attendre un visa indien

Article précédentLe Pakistan se prépare à de nouvelles inondations, plus de 1 500 morts, maintenant, Eye On India
Article suivantQuand les équipes de la Coupe du monde seront-elles annoncées pour Qatar 2022 ?