Accueil L'International Des centaines de manifestants demandent l’avortement gratuit pour la deuxième journée consécutive...

Des centaines de manifestants demandent l’avortement gratuit pour la deuxième journée consécutive devant la Cour suprême à travers les États-Unis.

186
0

Des centaines de manifestants se sont rassemblés ce samedi pour la deuxième journée consécutive devant le bâtiment de la Cour suprême des États-Unis pour exiger l’avortement gratuit sur l’ensemble des États-Unis, après la décision de vendredi qui a révoqué sa protection légale.

Convoqués par l’association Rise Up 4 Abortion Rights (Debout pour le droit à l’avortement) et d’autres organisations, les manifestants, majoritairement des femmes et des jeunes, ont coïncidé devant la Cour suprême avec un autre groupe qui était là justement pour célébrer la décision de la Rechercher.

Avec la à l’exception de quelques discussions occasionnelles et d’échanges de chansonsles deux groupes coexistaient en paix et sans incidentcomme c’est arrivé vendredi.

« Nous n’allons pas le permettre. Préparez-vous parce que nous n’allons pas le permettre », ont été les mots concis avec lesquels Ashley Thomas, l’un des manifestants, a résumé la voie à suivre après la décision de la Cour suprême.

Thomas, une résidente du quartier voisin de Dupont Circle à Washington, a assisté à la manifestation accompagnée de deux de ses colocataires et portant une pancarte indiquant « La maternité forcée est de l’esclavage féminin ».

À Washington et dans d’autres villes du pays

Sous un soleil de plomb et une chaleur intenseles manifestants ont répété à l’unisson des slogans tels que « L’avortement, c’est la santé » et « Cette décision ne peut être maintenue, l’avortement légal dans tout le pays », tandis que les opposants à l’avortement leur ont répondu par « pro-vie, c’est pro-femme ».

Lire aussi:  La police ne voit aucun signe de terrorisme dans la fusillade qui a fait trois morts dans un centre commercial de Copenhague

En plus de celle de Washington, des manifestations ont également été appelées dans d’autres villes du pays telles que New York, Chicago, Los Angeles, Atlanta et Seattle.

Les manifestations devraient se poursuivre tout au long du week-end et être globalement pacifiques, tout comme celles de vendredi, au cours desquelles seuls quelques incidents isolés ont été regrettables, comme dans le cas de Phoenix (Arizona), où la police a dispersé des manifestants à coups de gaz lacrymogène. .

La décision de la Cour suprême a été approuvé avec le soutien de six des neuf juges de la plus haute instance judiciaire américaine et fait respecter une loi dans l’État du Mississippi qui restreint l’avortement après 15 semaines de gestation.

Cependant, la majorité conservatrice du Suprême a décidé d’aller plus loin et de révoquer les précédents établis dans le passé par la cour elle-même qui protégeait ce droit.

La décision n’a pas été une surprise car le projet de décision a été divulgué en mai aux médias.

Lire aussi:  Boris Johnson, le leader charismatique vaincu par les mensonges et les scandales dont se souviendra le 'Brexit'

Avec la décision de vendredi, les États qui choisiront de le faire pourront interdire purement et simplement l’avortement.

Biden respecte la Cour suprême et la considère comme légitime malgré la décision

En revanche, le président des États-Unis, le démocrate Joe Biden, respecte la Cour suprême du pays et ne remet pas en cause sa légitimité malgré la décision de révoquer la protection légale de l’avortement, qu’il a qualifié ce samedi de « terrible, douloureux et dévastateur ».

Après qu’un journaliste ait demandé si le président remettait en cause la légitimité de la Cour, la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a assuré que Biden considérait la Cour suprême comme légitime et qu’il la respectait.

« Ce qu’il pense, c’est que cette décision particulière qui a été prise hier est extrémiste et hors de propos, et c’est quelque chose qu’il continuera à dire. Mais évidemment, il considère la Cour comme légitime et il la respecte », a déclaré Jean-Pierre. conférence de presse à bord de l’avion présidentiel Air Force One, dans laquelle Biden s’est rendu en Europe pour assister aux sommets du G7 et de l’OTAN.

Article précédentLa Russie contrôle complètement Severodonetsk
Article suivantLe Maroc élève à 23 morts dans le saut à la clôture de Melilla