Accueil L'International Bogotá ordonne à Gustavo Petro et Rodolfo Hernández d’organiser un débat présidentiel...

Bogotá ordonne à Gustavo Petro et Rodolfo Hernández d’organiser un débat présidentiel dans les prochaines 48 heures

227
0




La La Cour supérieure de Bogotá a ordonné les candidats aux élections colombiennes Rodolfo Hernández et Gustavo Petro pour programmer conjointement un débat présidentiel. La réunion doit avoir lieu, au plus, « dans le délai de 48 heures suivant la convocation ».

L’institution a ainsi accepté une action en tutela déposée par un groupe de citoyens et a soutenu leur droit à « recevoir des informations véridiques et impartiales et à respecter la dignité humaine ».

De même, et « selon les principes d’égalité et d’impartialité qui régissent l’activité électorale », un total minimum de deux débats avant les élections du 19 juin 2022 pendant les heures non travaillées.

Les deux candidats ont refusé ces rencontres à l’occasion tout au long de la période électorale, selon la décision de justice elle-même.

Selon l’un des avocats qui a présenté la tutelle, Mauricio Urquijo, « le jugement est d’exécution immédiate et les ressources n’ont pas la possibilité de suspendre la commande ».

Lire aussi:  La carte de la guerre : la région de Donetsk, prochain objectif de la Russie après la prise de Lougansk

Hernández a annoncé qu’il ne participerait pas aux débats pour sa sécurité

Après le premier tour, Hernández, le candidat indépendant populiste de la Ligue des gouverneurs anti-corruption, a annoncé qu’il ne participerait pas aux débats ni aux événements publics pour des raisons de sécurité et des menaces contre sa vie.

De Miami (USA), où il a rencontré la communauté colombienne, il dit avoir été prévenu d’une complot pour l’attaquer. « Pas de plomb, mais de couteau », assurait-il alors. Avant le premier tour, son organisation de campagne a également révélé l’existence d’un prétendu plan visant à l’assassiner dans le centre du pays.

Bien que la cour ait considéré que la transcendance nationale impliquée par l’élection du président implique la droit des citoyens de connaître leurs candidatsHernández s’est également prononcé contre cette procédure.

Selon le populiste, ce droit n’implique pas une obligation, mais plutôt une faculté facultative où le législateur a prévu des mécanismes qui garantissent sa réalisation au cas où ils voudraient y accéder. De plus, il a ajouté que son programme gouvernemental a été expliqué par d’autres moyens qu’il juge appropriés.

Lire aussi:  Neuvième jour de manifestations en Equateur contre Guillermo Lasso

Le second tour des élections devrait être serré

La présidence de la Colombie sera définie lors d’un second tour le 19 juin entre le gauchiste Petro et le populiste Hernández. Jusqu’à présent, les sondages d’intentions de vote offrent une égalité technique, qui anticipe une contestation très serrée dans les urnes.

Dans la premier tourtenue en mai dernier, Petro avoir le 40,32% des voix avec sa coalition Pacte historique, mais ils ont été insuffisants pour remporter le leadership. votre rival, un ingénieur de 77 ans et ancien maire de Bucaramanga, cinquième ville du pays, a dirigé 28,15 %.

Les vidéos fuitent dans divers médias sur des meetings de la formation de gauche dans lesquels ils évoquent des manœuvres pour discréditer des opposants ou encore négocier avec des trafiquants de drogue emprisonnés auraient pu nuire à l’image de celui qui était le favori.

Article précédentLa terreur des troupes tchétchènes à l’hôpital psychiatrique de Borodianka : « Ils nous ont alignés et pris pour cible »
Article suivantPlus de polémique avec la libération de Brittney Griner : elle restera emprisonnée en Russie au moins jusqu’au 2 juillet